Par téléphone

Alcool Info Service à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

je ne sais pas être heureuse

Par stepbystep

Bonjour,

je suis une femme dans la trentaine je fût pendant ma jeunesse jusqu'à mes 16 battus par mon père qui laissait les bouteilles d'alcool a portée de vue pour mon jeune âge j'y ai goûter a ce moment là pour échapper a mon quotidien les week-ends où il partait faire la fêtes.
ma consommation devient festif avec mon indépendance et les copains mais je ne buvait pas tout les week-ends non plus.
Je le suis mis en couple avec un homme avec qui je suis restée 13 ans qui avait une dépendance a l'alcool du fait de son travail il était dans un secteur ou cela fût considéré comme normal de boire et ma consommation a nettement augmenté avec lui mais lasse de ces soirées de beuverie je lui ai demandé de faire une cure ce qu'il a fait et il a tenue 5 ans on s'est toujours bien entendu lui et moi mais c'était devenu une relation de frères et sœurs.
lorsque que je lui ai annoncé notre rupture il a foncé le même jour se chercher une bouteille et n'avait plis aucune considération pour moi me menaçant parfois avec l'aide de ses amis, mais pour le bien de notre enfant et des 13 ans que nous avions passé je n'ai pas voulu me mettre a sont niveau même si cela me blessé énormément.
et malheureusement pour noyer mon chagrin je me suis mise a boire régulièrement car je ne travaillais plus a l'époque je voulais tout changer dans la vie et je n'ai mon enfants qu une semaine sur deux. cela fait trois ans que la séparation est consommé et il s'est calmer avec moi se rendant bien compte que je ne lui voulait pas de mal et que je voulais juste le bien de notre enfant.
mais je pense qu'au fils du temps il a su voir les avantages a ne pas m'avoir sur le dos il a pu retrouver ses copains de beuverie mais ce qui me choquée c'est que je ne bois pas la semaine de garde où j'ai mon enfant alors que lui si et quand ma fille ma expliqué qu'elle ne pouvait pas dormir et ma fait écouté les délire de sont père elle ne voulait plus retourner chez lui.
ça lui a fait tellement mal au cœur qu'il est reparti en cure et au bout de deux mois il était capable de réussir a être le père attentionné et aimant qu'elle a toujours eu.
mais quand a moi les week-ends ou j'étais seul je m'enivrait je voulais juste que les jours passe plus vite j'ai réussi a décrocher un travail qui mas plu énormément et je me suis a boire après le travail par ennuis toujours les semaines de non garde, je ne bois pas quand mon enfant adolescents est présent, et j'ai encore décrocher un travail qui me plaît énormément pour lequel je dois avoir tout mon esprit mais je travail en pensant au soir quand je vais rentrer déboucher cette bouteille. et mes amis me regardent de travers me taquinant sur l'alcool car parfois je les contacte ivre je ne sais plus quoi faire je ne sais plus être heureuse et je bois pour que le temps défile a une vitesse folle.

Fil précédent Fil suivant

2 réponses


Moderateur - 04/07/2019 à 12h19

Bonjour "stepbystep" (quel joli pseudo !),

Tout d'abord merci pour vous être inscrite dans nos forums, merci pour votre confiance. Je suis désolé que vous n'ayez pas encore eu de réponse et j'espère que cela changera.

Il me semble que vous établissez ce qui vous "manque" pour ne pas boire ou boire moins : trouver une occupation le soir, quelque chose qui vous permette à la fois de vous détendre pour décompresser et qui vous dévie de la possibilité ou de l'envie de boire. Car lorsque vous avez votre ado vous dites ne pas boire. C'est donc que si les circonstances s'y prêtent vous pouvez arrêter relativement facilement.

Cependant dans votre récit on sent aussi un peu de tristesse ou de regrets ou de nostalgie je ne saurais trop dire. Vous avez été traumatisée par votre père alcoolique et violent mais vous semblez avoir dépassé cela, en partie du moins. Vous avez quitté votre compagnon qui avait arrêté de boire et vous avez ensuite eu une relation difficile avec lui mais là aussi cela s'est en partie arrangé. Peut-être souhaiteriez-vous faire comme lui et réussir à arrêter ? Mais peut-être aussi estimez-vous que vous ne pouvez pas parce que l'alcool vous aide à vous "échapper" de votre quotidien ?

Il y a aussi des éléments positifs sur lesquels vous pourriez apparemment vous appuyer : votre travail qui vous plaît, votre ado et vos amis qui vous "taquinent". C'est principalement quand vous êtes seule que cela va moins bien. Mon sentiment reste néanmoins qu'il ne vous en faudrait pas forcément beaucoup pour arrêter ou moins boire. Mais il vous manque peut-être un "moteur", une motivation, une occupation et de renoncer à l'alcool comme "échappatoire".

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais en tout cas je vous invite à en discuter. Soit ici dans ce fil, en répondant aussi à d'autres fils de discussion (ici ou sur notre espace général), en appelant notre ligne d'écoute au 0 980 980 930 (tous les jours de 8h à 2h, appel anonyme et non surtaxé) ou encore par chat. Comptez aussi peut-être sur certains de vos amis. Mais parlez-en, mûrissez dans les discussions ce que vous voulez faire et ce que vous devriez mettre en place pour y arriver. Ainsi vous avancerez et retrouverez un équilibre de vie sans doute plus satisfaisant pour vous.

Cordialement,

le modérateur.

Mousticks - 12/07/2019 à 14h28

Juste un petit coucou de soutiens !
Je ne saurais trop quoi répondre étant alcoolique mais ne vous éloigner pas de vos amis durant vos périodes de no garde bien au contraire ! Restez entouré dans ces moments là et parlez zn avec eux ! De vrais amis pourront passer une soirée avec vous sans boire

Répondre au fil Retour