Par téléphone

Alcool Info Service à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Ma mère boit et n'accepte pas la discussion

Par morgane0210

Bonjour,

Je viens ici parce que j'ai besoin d'extérioriser des soucis qui me tapent sur le système depuis environ 9-10 mois.
J'ai 30 ans et je suis revenue vivre chez ma mère à l'automne dernier le temps de faire construire ma maison. Et j'ai découvert qu'elle avait un sérieux problème avec l'alcool. Elle consommait 1 bouteille de crémant par jour.
Je lui ai fait remarqué, elle a accepté de faire attention mais ça n'a duré que 3 semaines.
Depuis j'ai découvert des soucis bancaires qu'elle avait caché, je me suis sentie obligée de prendre en charge tous les frais et de renflouer son compte pour la mettre à l'abri.
J'ai aussi remarqué des traits de caractère qui me déplaisent : égoïsme, ingratitude, impolitesse, remarques désobligeantes...
Maintenant elle consomme un cubi de 5L de vin par semaine, ce qui est pire qu'avant mais moins cher alors elle s'en vanterait presque de faire des économies...
Je déménage bientôt et j'avoue avoir peur de la suite, parce que je crains qu'elle se remette dans un marasme financier après mon départ. Je ne pourrai plus l'aider parce que les frais seront importants, et aussi parce que je pense que je n'ai pas à payer constamment pour rattraper ses bêtises.
Dans le même temps, je me sens coupable de penser comme ça. Mais quand j'aborde le sujet de quelque façon que ce soit, je me heurte à "laisse moi tranquille".

Je suis un peu perdue...

Fil suivant

1 réponse


Moderateur - 11/06/2021 à 16h38

Bonjour Morgane,

Merci pour en avoir parlé ici, soyez la bienvenue.

Ce n'est pas un problème qui va se résoudre rapidement. Vous ne pourrez pas aider votre mère si elle refuse d'en parler et si elle refuse toute aide. La conséquence de cela est que vous allez vous sentir impuissante et, en effet, "coupable". Mais il ne faut pas ! Vous n'êtes pas responsable de la situation et vous avez tout à fait le droit de mener votre vie même s'il s'agit ici de votre mère.

Cette situation des milliers d'autres proches de personnes qui boivent la vivent aussi. Aucun n'a de super-pouvoirs qui permettent de régler le problème une fois pour toute. Aussi je vous invite à regarder ce que vous avez déjà réussi à faire, qui n'est déjà pas si mal : elle a changé de consommation et boit un peu moins, elle arrive à moins dépenser et vous avez réussi à souligne le problème.

Sa "fanfaronnade" autour des économies qu'elle fait montre qu'elle a le souci de montrer qu'elle garde une certaine forme d'autonomie et de contrôle. Bien sûr c'est en partie illusoire avec l'alcool mais néanmoins c'est quelque chose à respecter. D'ailleurs c'est peut-être un levier que vous avez : reconnaissez ses "progrès" et qu'elle a une capacité à agir. Évidemment cela ne correspond pas du tout à ce que vous voudriez pour votre mère mais vous devez comprendre que les personnes qui ont un problème d'alcool ont besoin, pour s'en sortir, de se sentir en capacité d'agir. Il ne faut pas qu'ils s'imaginent que l'alcool est définitivement le plus fort et qu'ils ne peuvent "rien faire".

Un autre levier que vous avez c'est, toutes les fois où vous en aurez l'occasion, de souligner le problème et de l'aborder GENTIMENT. Je le mets en lettres capitales parce que c'est important et que plein de fois vous allez être en colère voire la rejeter pour ce qu'elle fait. Essayez de prendre de la distance, la "bonne" distance, pour en parler calmement lorsque le sujet est abordé, pour ne pas lui reprocher son état ou son manque d'efforts mais pour l'encourager à changer et lui dire que vous êtes là si elle a besoin d'aide.

Ce qui va être le plus dur c'est probablement que vous allez avoir envie de "réformer" votre mère mais que ce n'est pas possible. Elle a sa vie et ses choix et il faut que vous puissiez les reconnaître pour être en mesure de l'aider plus efficacement. La dépendance à l'alcool est vraiment une maladie que l'on a à la fois du mal à reconnaître et encore plus à surmonter. Il ne faut pas oublier que l'alcool est aussi un "réconfort", un échappatoire et que lorsqu'on souhaite l'arrêter ou le diminuer cela n'est pas si simple. C'est pour cela que j'ai commencé par vous dire que cela prendrait du temps.

Morgane vous allez devoir vous renseigner sur ce problème et vous protéger sans, si possible, couper les ponts avec elle. Il ne servira à rien de la surprotéger (par exemple en payant à sa place ses écarts financiers) ni de vouloir la "contrôler" pour qu'elle boive moins. C'est difficile mais dites-vous que vous n'êtes pas seule : parlez-en avec des proches de confiance ou avec des professionnels des addiction et/ou n'hésitez pas à rejoindre un groupe de parole pour l'entourage des personnes alcooliques. L'association Al-Anon/Al-Ateen organise par exemple des groupes de parole par et pour l'entourage. N'hésitez pas à vous renseigner : http://al-anon-alateen.fr/ Tout ceci est gratuit.

Courage, j'espère avoir pu vous donner quelques pistes.

Cordialement,

le modérateur.

Répondre au fil Retour