Par téléphone

Alcool Info Service à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Dépendance ?

Par Liberty19

Bonjour,

Alors voilà, j'ai 17 ans, bientôt 18. J'ai lu tous vos témoignages et je me suis beaucoup retrouvée. Est-ce que c'est mal ?
J'ai toujours été attirée par l'alcool. Peut-être que c'est parce qu'il y a déjà eu des problèmes dans ma famille à ce niveau là. Mes parents m'ont toujours limité l'accès à l'alcool de peur que je sois alcoolique.
Je suis étudiante alors j'ai fais ma première soirée en début d'année. On est allés dans des appartements et on nous a fait boire. Il y avait pleins de jeux et c'est comme ça que j'ai bu mon premier verre. J'ai commencé par de la bière, puis du rhum, de la vodka.... je n'arrivais pas à m'arrêter. La sensation était tellement agréable ! Je me sentais libre. Je suis une personne assez timide alors en buvant je me transforme. Je deviens ouverte, sociable et très tactile. Les gens m'apprécient comme ça. On prends soin de moi et c'est tellement bien ! Quand je suis sobre on ne me calcule presque pas... Je me suis réveillée le matin chez une copine et elle me racontais la soirée et il y avait beaucoup de zone d'ombre dans ma tête. Plus elle parlais, moins je me reconnaissais. J'ai donc fais mon premier blackout. Je suis retournée en cours et les gens rigolaient de mon comportement, ils venaient me parler. Alors oui, j'avais honte mais je trouvais ça bien d'être enfin "intégrée". Je me suis quand même promis de ne plus jamais recommencer. Je savais que ce n'était pas bon pour moi.
Mais samedi, j'ai été invitée à une soirée d'anniversaire. On nous a servi un punch et je n'ai pas aimé. J'ai donné mon verre à une autre personne. Mais j'étais tellement mal dans ma peau ! Alors je suis allée me chercher un verre et je l'ai bu, même si je n'aimais pas. La sensation de chaleur était trop agréable. On est ensuite allés nous asseoir à table et j'ai bu du vin. Je n'aimais pas mais je commençais a parler avec des gens que je ne connaissais pas et ça me faisait du bien d'être un peu plus ouverte. J'ai ensuite bu du rosé.
J'ai commencé à être ivre et une amie s'est énervé contre moi. Alors j'ai arrêté et j'ai bu de l'eau. Les effets de l'alcool se sont atténués et ça ne me convenait pas.
J'ai suivi une des fille chez elle, il y avait plusieurs personnes. On a fais un picolo et un action ou vérité. J'ai bu de la bière, ensuite du get, ensuite du whisky. Je n'ai pas du tout aimé mais je buvais quand même. Les gens m'appréciaient, ils m'aimaient comme ça. Quand il y avait un gage c'était toujours pour moi alors je buvais encore et encore. Je suis rentrée chez une copine pour dormir et j'ai tout vomis devant son immeuble. Ses voisins m'ont vu. Je me suis réveillée le matin, elle ne me parlais pas... je suis rentrée chez moi et quand je suis allée en cours le matin, plus personne ne me parlait. J'étais seule. Je ne comprenais pas parce que samedi soir on m'aimais et le lundi on ne m'aime plus... une fille m'a dit qu'elle avait eu honte de moi. Comment lui dire que j'ai toujours honte de moi sauf quand je bois. Je ne m'aime pas mais ça personne ne le comprends... Je me sentais tellement seule, mal et dans l'incompréhension totale que j'ai eu envie de boire. J'avais le goût dans ma bouche, la sensation de l'alcool qui coule.... je voulais vraiment un verre. Je ne pensais qu'à ça. Alors je buvais l'eau de ma bouteille et j'avais l'impression que c'était de l'alcool. Je tremblais en pensant à ça. Je suis rentrée chez moi après les cours et j'avais tellement envie d'un verre. Mes parents étaient là alors je n'ai rien fais, ils ne le savent pas.... Encore ce matin, j'ai bu du jus d'orange et j'avais l'impression que c'était du punch... j'ai encore envie d'alcool.
Est-ce que vous pensez que je suis dépendante? J'ai pris rendez-vous avec un organisme pour en parler mais c'est dans un mois.... je ne sais pas si je vais tenir d'ici là. J'aimerais que tout s'arrête...

Fil précédent Fil suivant

2 réponses


Moderateur - 04/12/2019 à 17h22

Bonjour Liberty19,

Alors non, je vous rassure, vous n'êtes pas dépendante. Par contre n'en déduisez pas que vous pouvez continuer comme cela car, objectivement, vous buvez bien trop d'alcool en soirée. Cela vous met dans des états qui portent préjudice à votre image au vu de la réaction de vos camarades. Vous ne vous en souvenez peut-être pas complètement ou ne le réalisez peut-être pas encore mais, très clairement, au-delà de quelques verres vous ne vivez plus la désinhibition agréable que vous recherchez. Non, c'est la "perte de contrôle" qui prend le relais. Sur le moment vous pouvez vous trouver "cool", "comprise", "en phase", mais en fait non. D'ailleurs vous le constatez : en allant trop loin vous vous stigmatisez vous-même. Si, au début de la soirée, vous faites "comme tout le monde", au-delà de quelques verres vous montrez que vous ne vous contrôlez pas et vous avez sans doute des comportements "inappropriés".

Vous venez de découvrir l'alcool et ses effets à la fois "réchauffants" et "désinhibants". Cette nouveauté vous fascine et vous donne l'illusion de vouloir boire et reboire. Mais je vous invite à faire un pas de côté. L'alcool n'est pas un produit anodin, il provoque des sensations agréables contrôlables uniquement si vous en restez à quelques verres. Boire "plus" ne vous rend pas plus cool.

Et malheureusement ce qui se passe ici aussi pour vous c'est que vous avez honte de ce qui se passe mais aussi que l'alcool vous fait "oublier" cette honte. Faites attention car un cercle vicieux peut s'installer pour vous. Ne cherchez pas à résoudre votre difficultés et ressentis émotionnels négatifs avec l'alcool. Au contraire, quand c'est comme cela, abstenez-vous absolument de boire sinon vous allez continuer à perdre le contrôle.

Il est vraiment très bien, c'est une très bonne initiative que vous avez eue, que vous ayez un rendez-vous avec un organisme pour en parler. C'est exactement ce qu'il faut faire. "En parler" est important. N'hésitez pas à le faire également avec vos proches, peut-être votre famille. Ils sont là pour vous aider, ce sont des personnes qui vous aiment.

Voici enfin quelques conseils pour une meilleure gestion de votre consommation :
- en l'état actuel de votre état émotionnel et de votre fascination pour l'alcool, essayez de ne pas boire dans les semaines qui viennent pour faire retomber la pression ;
- si vous allez en soirée vous allez probablement boire cela ne sera pas grave tant que vous vous contenterez de quelques verres seulement (3-4 maximum). Et attention car l'euphorie va vite monter et cette euphorie risque de vous inciter à ne pas respecter les limites que vous vous serez fixées ;
- si vous avez une personne de confiance avec vous en soirée, discutez-en avec elle et demandez-lui de vous aider à ne pas "abuser" ;
- n'hésitez pas à revenir ici ou à appeler notre ligne si vous avez envie d'en discuter.

Prenez soin de vous.

Le modérateur.

Shame - 22/12/2019 à 11h28

Bonjour,
Ca ne devrais jamais arriver aussi jeune et pourtant!
Tu es toute jeune dans la fleur de l'âge ne te laisse pas avoir par une illusion qui pourrait plus tard te rendre addict avec tout les malheurs que cela apporte. Ne t'engage pas dans un combat ou tout le monde est perdant un jour ou l'autre.
Tu rencontres sûrement des difficultés que beaucoup de jeunes traverses à ton âge et la solitude que l'on ressent est compliqué à gerer. La vie est dure parfois mais reste le plus lucide et le plus loin possible de l'alcool, trouves toi une aide extérieure ou un exutoire pour extérioriser ton mal.
J'espère sincèrement que tu fera le bon choix.
Courage

Répondre au fil Retour