Par téléphone

Alcool Info Service à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Je veux m'en sortir

Par Zébra

Bonsoir à toutes et tous
Je suis une jeune femme de 30 ans, diagnostiqué haut potentiel intellectuel et en attente d'un diagnostic d'autisme asperger. Maman de deux enfants, j'ai commencé à boire vers l'âge de 17ans, pour faire comme les ami(e)s. Nous faisions la fête tout les week end, l'alcool été no limite.... Étant en très grand décalage avec les autres ados de mon âge, j'avais besoin de boire autant que les autres pour me sentir comme eux et oublier ma différence.

Par la suite j'ai rencontré mon (ex) compagnon avec qui j'ai eu mes enfants, j'avais 19 ans, lui avait 20 ans de plus que moi, et il buvait énormément. Moi j'avais arrêté l'alcool depuis mes grossesses. Mais malheureusement pour moi, il c'est avéré que monsieur était un homme malsain, toxique, avec de gros problèmes psychologiques et manipulateur. Il a réussi à m'éloigner de toute ma famille et amis, avec un déménagement à 1000km.
Ce fut une catastrophe pour moi, à 21 ans j'avais deux tres jeunes enfants à m'occuper entièrement seule, il ne m'aidait pas, (même pour changer une couche ou un biberon, ou un peu de ménage... ) , m'insulter sans cesse, j'étais épuisé, rabaisser et je n'avais même pas ma mère ou autre à mes côtés pour me soulagé un peu.
Quand il voyait que j'allais craqué, il me proposé un petit apéro (champagne) pour me détendre, et ça marchait !!
Progressivement ce fut 1 coupe chaque soir, puis 2, puis 3.... Et au bout de 6 mois je buvais la bouteille chaque soir, puis 2.
Ensuite j'ai commencé à boire de la vodka avec lui, c'etait Sa boisson fétiche. Parfois il me servait des doses énormes et me disait, "comme ça je pourrais profiter de toi....." pendant 9 ans nous buvions à deux, 1 bouteille de vodka par soir.
Puis j'en ai eu ras le bol des insultes, de l'alcool, de la solitude... Je l'ai quitter sur un coup de tête, j'ai pris mes deux enfants et suis reparti chez ma mère. Je ne touchais plus à l'alcool, mais monsieur m'a suivi, ma promis de changer.... et bête et naïve comme je suis, j'ai accepté à condition de rester dans le pas de calais.
C'était la plus grosse erreur de ma vie, tout à repris en pire, insultes, violence psychologique et physique, et surtout l'alcool, j'ai ressombrer pendant 3 ans. Je l'ai quitté définitivement et j'ai refais ma vie avec un homme adorable aimant, gentil qui ne touche pas à une seule goutte d'alcool ni cigarette.... En gros l'homme parfait, qui a vécu lui aussi l'enfer avec une femme qui buvait autant que mon ex.
Mais !.... Car oui il y a un Mais, je n'arrive plus à arrêter de boire. Je suis alcoolique, je le sais, j'en ai parlé ouvertement à mes parents, et j'ai tout expliqué à mon médecin traitant pour avoir de l'aide.
Il m'a donné un traitement mais je suis tellement tenté par l'alcool ou plutôt je ressens tellement un manque que je n'arrive pas à stoppé tout ça.
Et biensur ça commence à avoir des répercutions sur ma vie de couple, je ne veux pas tout fiche en l' air mais c'est tellement dur. Quand je bois, je fais et dis n'importe quoi, je suis agressive et me mets dans des états pas possible, le lendemain je suis une loque, incapable de bouger. Je n'en peux plus.

Je suis désolé pour le pavé mais j'avais besoin de parler de tout ça.

Fil suivant

1 réponse


Moderateur - 23/06/2020 à 12h39

Bonjour Zébra,

Est-ce que la situation a pu évoluer depuis que vous avez écrit votre message ?

Être tenté par l'alcool lorsqu'on essaye d'arrêter est parfaitement normal. Peut-être pouvez cependant être accompagnée sur le long cours par un addictologue. Il vous aidera à vous sevrer et à gérer vos envies.

Si vous ne l'avez pas déjà fait prenez contact avec un centre de soins spécialisé en addictologie dans votre région. Contactez notre ligne d'écoute pour avoir des adresses. Ces centres sont constitués d'équipes pluridisciplinaires et ils pourront aussi vous aider sur les aspects émotionnels qui accompagnent votre consommation d'alcool.

Cordialement,

le modérateur.

Répondre au fil Retour