Par téléphone

Alcool Info Service à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Témoignage effets physique/psychique

Par Mamat61

Bonjour a tous

Je vais essayer de résumer sans faire trop long pas facile

Donc j'ai 30 ans depuis quelques semaines
L'alcool a pratiquement toujours etait la depuis mes 14 ou 15ans envie de découvrir un tas de truc j'imagine comme beaucoup d'adolescents
A cette époque je buvais avec 2 voir plusieurs potes whisky coca, 8.6 dégueulasse fin un peu tout dans l'excès et puis quelques bedos régulièrement mais j'ai arrêter et ça ne m'a jamais manquer " ça me fou des angoisses " d'où le sujet

Du coup quelques années, des beuveries dont je me rappelle pas toutes, des problèmes judiciaires etc plus tard je me retrouve a faire des "crises d'angoisse " ou des manques physiques leger, en gros quelques canettes a 80 centimes et ça va mieux et tout va bien

Voila que je me retrouve a 19ans un matin fatiguer, pas beaucoup manger et surtout imbiber d'alcool " j'avais vagabonder 1 semaine avec un pote "
Et la au reveil le manque donc ont va a la supérette je boit un canette pour gerer le manque et la bim je vomis tout rien ne passe 1h apres grosse crise de manque
Palpitations assez hard, des spasmes incontrôlable, tremblements, sueurs, suffocation, du mal a déglutir, du mal a parler, vertiges fin bref 1ère fois que ça m'arrive et je me vois surtout claquer comme un minable dans une gare...

Depuis ça j'ai eu quelques cas similaires moins hard mais plus vicieux même aujourd'hui "c'est regulier depuis 2ans en fait " depuis que je bosse plus, du coup sûrement une dépression, isolément, beaucoup de temps devant la ps4, des nuits agitées, et surtout pas de dépense physique et grosse prises de poids

Je voulais savoir si y'avais des cas similaires et savoir comment vous gérez ce problème? Quel traitement utilisé a court termes pour pouvoir me débarrasser des crises d'angoisses ou de servage " chose que j'essaye de gerer avec un psychiatre " mais c'est recent...
J'ai un medecin bidon qui m'écoute pas et qui me donner du valium 0.10mg et je me suis tourné vers du seresta 0 50mg mais je prend la moitié en cas de crises mais bon ça fait pas toujours effets " je boit le week-end pour etre honnete donc je m'en sort pas " du coup cercle vicieux je nique ma vie mes relations mes centres d'intérêt ma santé et mon physique

J'ai la chance d'avoir une femme qui me soutient et qui comprend et qui me laisse faire mes choix sans juger

Merci a ceux et celles qui répondront et bon courage

Fil précédent Fil suivant

2 réponses


an69 - 03/04/2020 à 14h35

Bonjour
Je n’ai qu’une expérience de conjointe d’alcoolique donc je ne sais pas si mon message va vous être une aide. Je crois comprendre que vous faites un sevrage avec un psychiatre mais vous ne parlez pas de cure. J’en déduis que vous n’avez pas été dans un service d’alcoologie et encore moins en cure. Mon mari a refusé les cures et essayé de se débrouiller seul avec un psychiatre dans un premier temps. A vrai dire ce n’était pas une réussite car cela entretenait son déni . Un jour il a été emmené à l’hôpital par les pompiers car complètement ivre sur la voie publique et agressif. Il a accepté de suivre un traitement en hospitalisation de jour. Cela lui a permis d’entrer en contact avec une association d’anciens buveurs. Il a mis plusieurs années à arrêter complètement de boire mais il n’a jamais voulu faire de sevrage en cure. Cela m’a paru très long et un parcours du combattant. Il a eu quelques symptômes de manque tels que transpiration, angoisses.
Il me semble que vos symptômes sont plus nombreux et plus invalidants que les siens. Cela n’est il pas le signe qu’il vous faudrait une vrai prise en charge dans un service spécialisé. Vous évoquez la dépression mais je crois que l’alcool est à long terme une cause de dépression ou du moins il aggrave la dépression. Vous vous posez des questions et vous sollicitez des réponses : c’est un bon départ et le signe que vous avez envie de sortir de cette situation ; entretenez votre motivation en continuant à échanger. N’hésitez pas à joindre aussi un service spécialisé dans les soins aux malades alcooliques Bon courage à vous.

Doo - 25/04/2020 à 16h28

Bonjour ,
J’ai malheureusement vécu la même expérience ( les crises d’angoisses et d’anxiétés ) dû à ma forte consommation d’alcool , pareil j’ai 30 ans je boit depuis maintenant plus de 14 ans soit depuis 2007. Cette époque où jetait naïve et où je ne pensais qu’à sortir , malheureusement le temps m’a rattrapé, je ne sort certe plus mais je me suis retrouvé très rapidement à compenser par un verre puis deux puis une bouteille puis deux ( le rosé généralement) jusqu’à me levé le soir pour boire des alcools plus forts.. et la catastrophe, en Thaïlande, le voyage de mes rêves avec mon conjoint, j’ai foutu en l’air la fin de mes vacances à causes de mes crises d’angoisses, a ne pas vouloir sortir de ma chambre d’hôtel telement que c’était horrible, grosse dépression.. je suis aller voir mon médecin à mon retour , qui m’a prescrit un médicament que je n’ai pas pris .. j’ai finalement compris ce qui m’arrivait grâce à un forum

Voilà ce que j’ai lui :

Effectivement, l'alcool va activer les neurotransmetteurs GABA qui induisent la relaxation ainsi que la dopamine qui va apporter un effet euphorisant. Le souci est que l'organisme comprend que cette prise alcoolique provoque des modifications anormales dans son équilibre toujours recherché (homéostasie) et va donc réguler à la baisse ces neurotransmetteurs dans le sang. Du coup, le lendemain de la prise alcoolique, la personne voit ses symptômes anxieux encore plus présents. C'est ce qu'on appelle l'effet rebond. Et comme cette anxiété se développe, la personne peut être très tentée de reprendre de l'alcool pour gérer efficacement ses symptômes. Et vous l'aurez compris, c'est là que le cercle vicieux de la dépendance s'installe.

Et ainsi de suite et ainsi de suite ...

Donc le mieux c’est de réellement mais réellement arrêter et ce même pas un verre , essayer de vous faire aider si jamais , mais réellement je dit sa pour votre bien faire le au moins pour votre santé Mental et pour votre santé physique

Moi j’ai eu un déclic , j’arrête ..

Bon courage

Répondre au fil Retour