Par téléphone

Alcool Info Service à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

je vais devenir alcoolique

Par zabbata

Bonsoir ,

Je m'appelle Thomas , j'ai 21ans , et je sais au fond de moi que je suis sur la voie de l'alcoolisme.
J'ai décidé d'écrire ce poste après avoir bu 3 litres de vin blanc , seul .
Je suis du genre à devenir addict très vite , avec la cigarette par exemple , j'ai commencé vers l'âge de 14ans , et au bout d'un mois je fumais plus d'un paquet par jour.
J'ai reussi à arreter depuis maintenant plus d'un an et demi à l'aide de la cigarette éléctronique , mais l'équivalent n'existe pas avec l'alcool malheureusement ...
Je suis surdoué et dépressif , et j'aime boire .
En soirée , je picole obligatoirement jusqu'à l'exces et à jeun.
Je sais qu'il faut éviter 3 choses pour éviter l'alcoolisme et la dépendance en général
- pas tous les jours
-pas tout seul
-pas quand on est heureux triste ou en colère
Mais je fais les 3 et je sens que je m'engage sur une mauvaise voie sans s'avoir comment m'en empecher ...
Boire me permet de me liberer d'un poids , de ressentir plus fort , cela m'empêche aussi de me lancer dans des questionnements exsitentiels et de m'angoisser .
Alors que devrais-je faire ? Comment trouver la motivation nécessaire pour arrêter quelque chose qui "nous fait du bien" , ...
Finalement , comment puis-je ne pas être un alcoolique en devenir

Merci d'avance pour vos conseils et vos témoignages et bon courage à vous si vous luttez contre cette addiction .
Bonne soirée

Fil précédent Fil suivant

1 réponse


Moderateur - 02/07/2019 à 10h16

Bonjour Thomas,

Merci pour votre message et soyez le bienvenu dans nos forums.

Être surdoué n'est pas toujours un cadeau et est relativement souvent associé à des prises de psychotropes. A vous lire nous avons le sentiment que vous vous contemplez comme si vous n'aviez pas prise sur vous-même. Parfois ne pas faire ce qu'il faut et le savoir apporte un "frisson" dont on peut jouir. L'alcool permet aussi de lâcher prise, de ne plus être totalement soi-même ni dans la maîtrise, justement. Cela peut être agréable quand on est vu par les autres comme quelqu'un qui s'en sortira toujours grâce à son intelligence ou qui est mis sur un piédestal par ses proches. Parfois c'est lourd à porter, ce regard-là. Cela fait se sentir différent quand on voudrait être juste "normal". Enfin l'alcool est aussi un moyen de faire taire parfois son hypersensibilité aux choses, aux émotions.

Vous parlez de questionnements existentiels qui vous angoissent. Si nous comprenons bien vous essayez de les faire "taire" avec l'alcool. La "solution", du moins la piste que nous vous suggérons, est d'essayer d'accepter ces questionnements et l'angoisse qui l'accompagne plutôt que de chercher à "lutter contre". C'est dans l'acceptation de ce qui sous-tend votre consommation que vous pourrez commencer à trouver des solutions. Cela ne sera pas facile au départ mais il est possible qu'en laissant vos questionnements se dérouler, la mayonnaise retombera ou que vous trouverez d'autres questions qui feront baisser l'angoisse. Parler à d'autres de vos questionnements est aussi une issue pour vous. L'échange aidera à relativiser. Vous pourriez aussi choisir que l'un de ces autres auxquels vous parlez soit un thérapeute (psy ou autre).

En tout cas si malgré la conscience de la situation que vous exprimez vous ne parvenez pas à vous contrôler, c'est bien qu'il y a d'autres enjeux pour vous. Explorez-les, acceptez-les pour ne plus faire de l'alcool une "solution". En l'état actuel des choses sachez cependant que vous pourriez aussi arrêter très vite (pour l'instant) si vous le décidiez vraiment. Vous n'êtes vraisemblablement pas encore dépendant mais vous avez une consommation excessive et dangereuse (3 litres de vin c'est dangereux !). Essayez de ne pas vous laisser hypnotiser par l'alcool et ses effets.

Et quant à la dépression, elle peut être sous-jacente ou provoquée ou renforcée par l'alcool. Là aussi il y a des solutions : la psychothérapie d'abord, les médicaments auprès d'un médecin ensuite. Mais il vaut fondamentalement mieux ne pas boire pour ne pas dynamiter vos efforts pour aller mieux.

N'hésitez pas à appeler aussi notre ligne d'écoute pour "en parler". Nos écoutants peuvent aussi vous proposer des adresses de centres d'aide gratuits.

Cordialement,

le modérateur.

Répondre au fil Retour