Par chat

Chattez avec Alcool Info Service

Par téléphone

Alcool Info Service à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Que dois je faire?

Par Troiscontredeux

Bonjour, je m'appelle Marion. Mes parents sont alcooliques depuis quelques années. Ça a commencé peogressivement. A l'heure actuelle c'est un cubis de trois litres par soirs. Autant vous dire que les vacances à la mer s'est fini. J'ai deux sœurs. On leur a parlé de manière douce et forte, on a eu la visite de l'assistante sociale pour ma petite sœur, je suis partie pendant plus d'une semaine avec ma petite sœur sans donner de nouvelles, je leur posé l'ultimatum, l'alcool ou moi. Ils m'ont dit de me barrer. Ma petite sœur a 11 ans, j'en ai 18, et la grande 23. Elle travaille sur Paris donc pas présente les jours de conflit. Je ne sais plus quoi faire, ni comment les aidés.
Aidez moi

Fil précédent Fil suivant

1 réponse


Moderateur - 03/04/2017 à 17h49

Bonjour Marion,

C'est une situation très difficile en effet. Il y a la relation difficile avec vos parents alcooliques, il y a votre petite sœur, il y a votre désir légitime qu'ils se soignent. Ce qui est un peu rassurant c'est que les services sociaux sont au moins au courant si je comprends bien et que par conséquent s'il était évalué que vos parents ne sont plus en état de s'occuper de votre petite sœur alors ils interviendraient. Vous pouvez, si vous constatez des choses graves arriver, recontacter l'assistante sociale pour l'informer.

Ce que vous devez malheureusement un peu vous enlever de la tête c'est que vous allez résoudre "par la force" le problème de vos parents. Ils s'entraînent probablement l'un l'autre et de plus les ultimatums n'ont jamais marché avec un alcoolique. La méthode douce est plus conseillée mais elle nécessite de la patience car cela peut être long.

Ce que vous pouvez essayer de faire c'est d'être factuelle avec eux lorsqu'ils ne sont pas alcoolisés ou pas trop. Dites-leur ce qui s'est passé la veille et qui montre que c'est un problème (parfois ils ne s'en souviennent pas ou ne s'en rendent peut-être pas compte), sans les juger mais comme un miroir. Vous pouvez éventuellement prendre des images (photos, vidéos) cependant montrez les en disant bien que vous ne les jugez pas, vous montrez juste ce qui a été. Dites-leur par contre en quoi ce qui se passe altère vos propres besoins et ce que cela vous fait émotionnellement parlant. Parlez de vous plutôt que de leur problème d'alcool. Employez le "je" plutôt que le "tu" qui accuse l'autre et provoque des réactions de rejet et de défense. Il est très difficile à un alcoolique de reconnaître son problème par contre il peut moins se défendre lorsqu'un proche parle de lui-même et lui demande de l'aide. Plutôt que de vouloir aider vos parents essayez d'ailleurs la stratégie de leur demander de l'aide pour vous. De l'aide pour aller mieux, de l'aide pour que vos besoins soient mieux satisfaits. Cela peut inciter vos parents à se sentir moins sur la sellette et plus à même de trouver des solutions qui leurs sont propres mais qui peuvent avoir pour conséquence de les inciter à changer. De plus, cela les remet dans leur rôle de parents.

D'une manière tout à fait concrète je vous recommande aussi de prendre un temps pour en parler à des tiers. D'abord à des proches de confiance (en dehors de votre sœur aînée) pour vous sentir soutenue, comprise, aidée. Ensuite et surtout à des professionnels qui pourront accueillir votre parole et vos émotions, qui pourront vous soutenir et vous conseiller. Les problèmes d'alcoolisme ont des solutions mais elles sont longues à venir parfois. Ces solutions passent par les personnes directement concernées, à savoir les personnes qui boivent. En attendant, en tant que proche, vous gagnerez à être entendue, à avoir votre espace pour en parler régulièrement et comprendre comment vous pouvez "mieux" agir avec eux pour favoriser le changement. Pensez également à votre propre vie. C'est très important.

Vous trouverez des professionnels prêts à vous recevoir dans les Centres de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie (Csapa) ou dans les Consultations jeunes consommateurs (CJC). C'est entièrement gratuit. Pour trouver le centre le plus proche de chez vous appelez-nous (0 980 980 930 tous les jours de 8h à 2h) ou consultez la rubrique "Adresses utiles" de notre site généraliste : http://www.alcool-info-service.fr/Adresses-utiles

Pour votre information vous pouvez aussi vous tourner vers l'association d'aide aux proches de personnes alcooliques Al-Anon/Al-Ateen. Voici son site : http://al-anon-alateen.fr/ S'il y a des groupes entourage ou enfants/ados proches de chez vous, n'hésitez pas à vous y rendre.

Je/nous restons à votre disposition pour toute question ou besoin. N'hésitez pas à poster ici les évolutions que vous rencontrerez. En parler c'est déjà commencer à résoudre les problèmes.

Cordialement,

le modérateur.

Répondre au fil Retour