Par chat

Chattez avec Alcool Info Service

Par téléphone

Alcool Info Service à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Mon compagnon ne sait pas s’arrêter de boire

Par Mllepetra

Bonjour,

Je vis avec mon compagnon depuis un peu plus d’un an et la vie devient de plus en plus difficile face à son alcoolisme.
Je le connais depuis des années (par le biais de notre travail) et nous avons toujours bu ensemble jusqu’au jour où je me suis rendue compte qu’il ne savait pas s’arrêter de boire. Un verre de vin en entraîne systématiquement 10 par la suite... Il a toujours vécu de cette manière, en sortant énormément avec des amis. Son comportement lorsqu’il boit me touche, il est paranoïaque, plutôt méchant et à tendance à faire des bêtises. Jusqu’au moment où en étant alcoolisé, il a provoqué des accidents et a eu une peine de prison. Je suis restée à ses côtés tout le long. En état de sevrage forcé, il n’a plus bu depuis 6 mois. Jusqu’à cette rechute il y a 3 semaines. Depuis 3 semaines, l’enfer recommence, il sort tous les 2/3 jours et ne rentre pas dormir (par honte que je le vois ivre). Je suis enceinte de 12 semaines et l’avenir me fait peur. Nous voulons acheter une maison mais dès qu’il y a un rdv important, je ne peux pas y aller avec lui car il est encore ivre de la veille. C’est un homme extraordinaire, et je fais tout pour qu’il sache que je le comprends et je n’ai pas accusé sa rechute. Je l’ai plutot encouragé a reprendre les groupes AA, qu’il a stoppé à sa rechute. Pourtant cela lui faisait du bien.
Il a conscience de son état mais essaye souvent de se justifier (stress, pas le bon lieu de vie). Il s’en veut à chaque fois mais lorsqu’il est ivre, il essaye de me culpabiliser en pensant que c’est de ma faute.
Je veux être son amie, pas son ennemie.
Je veux toujours continuer un avenir avec lui, car c’est un homme adorable, prévenant, qui veut les mêmes choses que moi. Mais l’alcool est plus fort que tout.
Et je suis épuisée d’être seule et je ne peux pas en parler à beaucoup de monde.
Je ne sais plus comment agir pour stopper ceci et qu’il reprenne des forces pour arrêter l’alcool.
Je ne pourrais plus subir cette situation, j’ai déjà beaucoup souffert...
Mais je veux que mon enfant grandisse avec son papa. Un papa présent et pas sous l’influence de drogues ou alcool.
Comment avez vous réussi à vous sortir de cette situation...?

Fil précédent Fil suivant

1 réponse


Moderateur - 02/03/2018 à 12h48

Bonjour Mllepetra,

A vous lire on sent beaucoup de soutien et d'amour à l'égard de votre compagnon. Beaucoup d'inquiétude aussi, ce qui est normal.

Je crois que vous faites déjà très bien. Prenez confiance en vous à ce sujet même si vous ne voyez pas d'évolution positive à court terme quant à son alcoolisation.

Des éléments positifs sont là : vous vous comprenez, vous êtes solidaire, il a déjà essayé - et réussi - à arrêter, il a pu fréquenter les AA... Mais aussi malheureusement en matière d'alcoolisme il y a des hauts et des bas. Des moments d'efforts et de rémission et des moments de découragement et de rechute.

Ce que vous pouvez faire dans ces moments de rechute c'est déjà de ne pas vous décourager vous-même. Je ne sais pas si on vous l'a dit mais arrêter l'alcool nécessite d'en passer par là. Chaque rechute est aussi l'occasion d'en apprendre un peu plus sur son rapport à l'alcool. Qu'est-ce qui l'a fait rechuter ? Quel est le problème à résoudre ? Comment faire en sorte que la prochaine fois qu'il arrêtera et qu'il sera confronté à la même chose cela se passe autrement ?
Donc dédramatisez la rechute et essayez de l'encourager à en tirer des enseignements et à reprendre le plus vite possible le chemin de l'aide. Soulignez qu'il est capable d'arrêter (il a déjà pu le faire dans le passé) mais que pour y arriver définitivement il est nécessaire d'en passer par une meilleure compréhension de soi-même. Dialoguez également pour lui remettre en mémoire pourquoi il veut arrêter et essayer de le renforcer. En général les raisons sont toujours valables et les rappeler peut lui redonner un peu de motivation.

Les deux piliers de l'arrêt sont en tout cas la confiance en soi (croire en sa capacité à arrêter) et la motivation bien plus que la volonté. Seule la motivation peut permettre de transcender les moments de déception. La motivation s'appuie elle-même sur deux ressorts : les bénéfices que l'on attend de l'arrêt, qui sont individuels et relationnels, et réaliser des choses qu'on ne peut pas faire sous alcool mais qui nous font du bien (des activités, des projets...).

N'hésitez pas enfin à vous-même vous faire aider par les professionnels d'un CSAPA (Centre de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie) ou à intégrer un groupe de parole pour l'entourage tel que l'un de ceux proposés par l'association Al-Anon. Ces aides vous permettront de prendre du recul, de mieux faire face à la situation et de comprendre comment l'aborder dans de bonnes conditions.

Voici le site internet d'Al-Anon France : http://al-anon-alateen.fr/

Pour trouver le CSAPA le plus proche appelez notre ligne d'écoute au 0 980 980 930 (8h-2h tous les jours) ou utilisez notre rubrique "Adresses utiles" : http://www.alcool-info-service.fr/Adresses-utiles

Bien cordialement.

Répondre au fil Retour